18 oct. 2018

Singapore happy to share development experience with CARICOM

GEORGETOWN, Guyana — Singapore said it is happy to share its development experience with the Caribbean Community (CARICOM), as the country’s second ambassador to CARICOM was accredited on Wednesday. Secretary-general Irwin LaRocque accepted the letters of credence of Karen Ann Tan Ping Ming, plenipotentiary representative of Singapore to CARICOM, at the Secretariat’s Headquarters in Georgetown, […]

The post Singapore happy to share development experience with CARICOM appeared first on Caribbean News Now.



from Caribbean News Now https://ift.tt/2S0XkSR
via IFTTT

Guyana and Trinidad dominate CAPE awards

BRIDGETOWN, Barbados — Students from schools in Guyana and Jamaica shared the 2018 Regional Top Awards for outstanding performances in the Caribbean Advanced Proficiency Examination (CAPE) May/June sitting. Aadilah Ali of Queen’s College, Guyana, is the 2018 winner of the Dennis Irvine Award, the symbol of academic excellence at the Caribbean Advanced Proficiency Examination (CAPE) […]

The post Guyana and Trinidad dominate CAPE awards appeared first on Caribbean News Now.



from Caribbean News Now https://ift.tt/2AhijtY
via IFTTT

Staatsolie helpt Britse visumprocedure naar Suriname brengen

Staatsolie helpt Britse visumprocedure naar Suriname brengen

PARAMARIBO, 18 okt – Staatsolie heeft grotendeels de kosten betaald voor vereenvoudiging van de visumprocedure voor Groot-Brittannië. Over niet al te lange tijd kan in Suriname een aanvraag worden ingediend. De tijdrovende en geldverslindende trip naar buurland Guyana zal dan tot het verleden behoren. Aanvragen kunnen binnenkort worden ingediend bij VFS Global.

Dit bedrijf is door de Nederlandse overheid ingehuurd. Visumaanvraagprocedures voor Surinamers die naar Nederland willen reizen, worden niet meer door de Nederlandse ambassade afgehandeld. Sinds eind vorig jaar doet VFS Global het. Om ook Britse visa in Suriname te kunnen verstrekken, was biometrische apparatuur uit Groot Brittannië noodzakelijk. Staatsolie kwam met ruim dertienduizend dollar in.

Het initiatief komt van de honorair consul van Suriname in Groot Brittannië, Amwed Jethu. Visumaanvragers moeten tot nu toe eerst naar Guyana voor het afgeven van biometrische data. Hun paspoort moet ook worden achtergelaten. Terug in Suriname, moeten aanvragers vaak wekenlang wachten. De procedure wordt als omslachtig ervaren en heeft de interesse in Groot Brittannië ondermaats gehouden.



from Waterkant https://ift.tt/2PGl2lY
via IFTTT

17 oct. 2018

Chinese ondernemers uit Nederland mikken op vis en garnalen uit Suriname

Chinese ondernemers uit Nederland mikken op vis en garnalen uit Suriname

PARAMARIBO, 17 okt – Chinese ondernemers uit verschillende branches in Nederland hebben in het kader van de viering van 165 jaar Chinese vestiging een bezoek gebracht aan minister Stephen Tsang van Handel, Industrie & Toerisme. Dit meldt het Nationaal Informatie Instituut, NII. De ondernemers hebben tijdens deze meeting aangegeven geïnteresseerd te zijn in visproducten. Het betreft dan vooral verse vis, verse garnalen, visblaas en zoute vis.

De ondernemers willen namelijk in Suriname investeren in visproducten om die vervolgens te exporteren naar onder andere Nederland en China. De investeringsmogelijkheden die Suriname biedt werden breedvoerig besproken. Enkele ondernemers zijn ook geïnteresseerd in de houtindustrie, horeca en mogelijke export van tropisch fruit en groente vanuit Suriname. Tsang wees ook op de olievondsten in buurland Guyana en mogelijk ook in Suriname.

Er kunnen hierdoor ook andere mogelijkheden voor investeren ontstaan. Volgens Tsang moet gekeken worden naar meer investeringen om zo ook te kunnen voorzien in de behoefte van de regio. Er zal bekeken worden hoe contact te leggen met Surinaamse ondernemers voor verdere samenwerking. De delegatie, die verenigd is in de Benelux Tsung Tsin (Hakka) Associatie, werd begeleid door voorzitter Theo F. Chang.



from Waterkant https://ift.tt/2AfdMbl
via IFTTT

16 oct. 2018

Protection de la biodiversité: Les trois Guyanes marchent ensemble

Renforcer le dialogue entre les aires protégées des trois Guyanes et capitaliser les meilleures expériences. Voilà le principe de RENFORESAP, un programme sur trois ans piloté par le Parc amazonien de Guyane. Début octobre, le programme RENFORESAP a été officiellement lancé à Paramaribo, au Suriname. Porté par le Parc amazonien de Guyane, ce dispositif vise à renforcer le dialogue entre les aires protégées des trois Guyanes et capitaliser les meilleures expériences. Il est réalisé en partenariat avec la commission des aires protégées du Guyana, le Ministère de la Planification Spatiale et de la Gestion des ressources terrestres et forestières & le Ministère du Développement Régional du Suriname.Durant trois ans, Sevahnee Pyneeandy, coordinatrice du programme, se rapprochera des acteurs de la biodiversité des trois territoires. Objectif: consolider les différents réseaux et voir les différentes organisations mises en place.« On va répertorier ce qui marche bien dans les trois pays et essayer de s’en inspirer. Mais on va aussi avoir un regard critique sur ce qui ne marche pas pour pouvoir trouver des solutions aux problématiques communes aux trois pays. »“C’est un projet qui se veut très ouvert à l’ensemble des acteurs intéressés par la gestion des aires protégées, précise Arnaud Anselin, à la tête du Parc amazonien de Guyane. Au delà des partenaires institutionnels, on va travailler étroitement avec, pour la Guyane, l’ensemble des gestionnaires d’aires protégées, et également les grandes ONG internationales qui travaillent sur ces questions, dans les pays voisins notamment : Conservation International, Amazon Conservation Team, le WWF. Les bonnes volontés, toutes les personnes expertes, associations ou établissements publics, sont invités à s’associer.”

Des thématiques concrètes

Si des rencontres et des échanges ont déjà eu lieu, par le passé entre les trois Guyane, désormais, il faut mener plus loin la réflexion, selon Arnaud Anselin. “L’ambition est de passer à un niveau supérieur, d’arriver vraiment à travailler ensemble sur des sujets techniques communs, d’arriver à se connaître, d’arriver à comprendre comment chacun des pays est organisé sur ces questions de gestion de la biodiversité. Je pense que ce projet correspondait à une attente forte de tous ces acteurs.” Quatre thématiques ont été retenues pour mener à bien le programme RENFORESAP: l’écotourisme, la science participative pour la gestion durable des ressources naturelles, les stratégies de lutte contre les menaces liées à l’orpaillage illégal et la transmission des patrimoines culturels vivants. Pour le lancement officiel du programme, à Paramaribo, une soixantaine de personnes se sont réunies. Parmi elles, Denise Fraser, responsable de la Commission des aires protégées du Guyana. « Le Guyana fait partie du GSF*, tout comme la Guyane et le Suriname, en ce qui concerne notre biodiversité et nos écosystèmes. Nous partageons aussi des problématiques similaires pour ce qui est de nos aires protégées. Nous avons nous aussi des problèmes liés à l’orpaillage illégal sur les aires protégées. Toutes nos aires protégées sont aussi entourées de villages indigènes et une partie de notre travail est de nous assurer que les personnes autour des aires protégées bénéficient de cette protection… À travers le programme RENFORESAP, nous espérons partager nos expériences et nos problématiques sur des sujets communs aux trois Guyanes. Je suis persuadée que cela va vraiment être utile. » Responsable de la Gestion forestière au Suriname, Hesdy Esajas tient le même discours. « Plus de 40% de la surface du Suriname est couverte d’aires protégées et la forêt couvre beaucoup de notre territoire. C’est important de garder l’écosystème qui est en place mais le développement implique aussi une augmentation des activités humaines. Alors, bien sûr, cela a un impact sur la forêt, la faune et la flore. Nous devons faire en sorte que les activités n’aient pas autant d’impact sur les écosystèmes. Parce que ce que nous voulons, au maximum, c’est garder notre écosystème en bonne santé, et notre forêt en bonne santé. Pour ça, nous avons besoin de toute l’aide possible. Il peut y avoir des échanges d’expériences. Si un pays à réussi quelque chose, l’autre peut en bénéficier. Nous pouvons aussi unir nos efforts pour la recherche. Il y a encore beaucoup de recherche à faire sur la biodiversité. »

 

*Le Guyana Shield Facility, est un dispositif de financement multi-donateurs pour la conservation des écosystèmes du plateau des Guyanes.

IMG_1096

Repères

D’un montant total de 662 000 euros pour une durée de trois ans, le projet RENFORESAP est financé à hauteur de 75 % par des fonds européens via le PCIA (Programme de coopération Interreg Amazonie). Porté par le Parc amazonien de Guyane, il associe les aires protégées du Plateau des Guyanes* ainsi que plusieurs organisations internationales de protection de la nature: Conservation International, WWF, Amazon Conservation Team, Frankfurt Zoological Society.

Rencontre à Weg naar Zee

Pour clore les trois jours de lancement du programme à Paramaribo, les trois délégations se sont rendues à Weg naar Zee, au nord de Paramaribo, à la rencontre de Sieuwnath Naipal. Ce professeur d’hydrologie à l’Université de Paramaribo travaille avec les habitants pour replanter la mangrove et freiner l’érosion du littoral. Retrouvez ici l’article sur le professeur Sieuwnath Naipal: http://www.une-saison-en-guyane.com/?p=25904

Légende Image de Une:

Anne Mathieu, représentante de la CTG au Suriname, Arnaud Anselin, directeur adjoint du Parc amazonien de Guyane, Hesdy Esajas, responsable de la Gestion forestière au Suriname, Claude Suzanon, président du Parc amazonien de Guyane, Antoine Joly, ambassadeur de France au Guyana et au Suriname, Minu Paraohoe, d’Amazonian Conservation Team, Sydney Charles Allicock, vice-président du Guyana et ministre des Affaires indigènes, Sheila Marhé, de Conservation international Suriname, Denise Fraser, responsable de la Commission des aires protégées du Guyana, Armstrong Alexis de l’UNDP (United Nation Development Suriname), Wilco Finisi, secrétaire général du Ministère du développement du Suriname, Laurens Gomes du WWF Guianas, Odacy Davis, de la Commission des aires protégées du Guyana et Patrick Chesney du Guiana Shield Facility.

Source : https://ift.tt/13kAc7S

14 oct. 2018

Netherlands restores Guyana’s Dutch archive

By Ray Chickrie Caribbean News Now contributor GEORGETOWN, Guyana — Guyana, the former British Guiana, was a Dutch colony before it became a British possession in 1831 and, as a result, over half of Guyana’s National Archive is in Dutch. After an agreement between Guyana and the Netherlands to preserve and translate the Guyana Dutch […]

The post Netherlands restores Guyana’s Dutch archive appeared first on Caribbean News Now.



from Caribbean News Now https://ift.tt/2ElgMHc
via IFTTT
View My Stats